N° 38 Octobre 2010

pr. clementy

Interview de
Jacques Clémenty
Président de la nouvelle commission de télémédecine de la SFC

sfc

La Commission de télémédecine de la SFC

Les membres constitutifs de la commission appartiennent aux différents modes d’exercice de la cardiologie privé, public, et institutionnel.

J. Clémenty président
JF THEBAUT Président du Syndicat National des Spécialistes des Maladies du Cœur et des Vaisseaux (SNSMCV)
S. Kacet (Prothèses)
Ph MABO (Prothèses)
A. LAZARUS (Prothèses)
E. DONAL (Imagerie)
MC. MALERGUE (Imagerie)
Y. JUILLIERE (Insuffisance cardiaque)
JN. TROCHU (Insuffisance cardiaque, éducation)
P. ASSYAG (Insuffisance cardiaque)
A. BELIN (Réadaptation)
G. BOBRIE (HTA)

 
 

DÉCRÊT TÉLÉMÉDECINE

JO du 19/10/2010 :

Le décret en ligne

Le décret en PDF


Plan du site

Télémédecine

Création d’une Commission transversale de télémédecine à la SFC

Offrir à distance un ensemble de services médicaux de qualité grâce notamment aux TICS, c’est l’objectif de la télémédecine inscrite dans la loi HPST, dont la cardiologie constitue un des champs d’application privilégié. La SFC vient de créer une commission de télémédecine et nous avons demandé à son président Jacques Clémenty de nous parler de ses projets.

cable réseau symbole liste télémédecine sigles DMP HPST TICS

Vous animez plusieurs projets autour de la Télécardiologie, quels sont-ils?

On mesure, avec la reconnaissance de l’exercice de la médecine à distance dans la loi HPST et les publications toujours plus nombreuses, le chemin parcouru depuis que j’ai implanté pour la première fois en France un pacemaker permettant la transmission de données. Prenant du recul par rapport à la pratique, je souhaite à présent mettre mon expérience au service de la communauté médicale dans deux projets au niveau régional et, au niveau national, dans la présidence de la nouvelle Commission de télémédecine de la SFC.

Quels sont les enjeux au niveau régional ?

Je reste auprès du CHU de Bordeaux en consultance sur un projet d’accélération de la télécardiologie intra muros, ainsi que sur un projet transversal entre les cardiologues de ville et les hospitaliers. D’une part parce qu’au sein de l’établissement il faut augmenter le nombre de patients en télésuivi, trouver les moyens financiers pour les appareils et les actes, rechercher l’appui de l’ARS en lui proposant des actions dans le cadre de ses missions, et globalement agir sur la diminution du nombre de consultations. D’autre part pour accroître l’ouverture vers l’extérieur, on doit tenir compte que le CHU doit accomplir une mutation pour devenir un centre de services de suivi télécardiologique. Evolution qui doit être accompagnée aussi chez les privés pour comprendre l’intérêt de ces nouvelles collaborations et en trouver le chemin. Il faut en plus réfléchir à une organisation et un financement, et faire acte de volontarisme au niveau de l’ARS pour que l’avis des médecins prime – et pas uniquement celui des ingénieurs. Pour y parvenir je suis partisan d’une politique pragmatique et progressive. Une publicité disait jadis : « l’essayer, c’est l’adopter », je fais le pari qu’en donnant aux cardiologues du privé et du public des occasions de mettre le pied à l’étrier, chacun à son rythme, on installera mieux la télécardiologie que par une approche macroscopique.

Pourquoi une Commission de télémédecine ?

Sa constitution et sa première réunion, le 22 octobre 2010, traduisent une prise de conscience de la place que la télémédecine va occuper dans la pratique cardiologique quotidienne dans les années à venir et une volonté que l’usage de la télémédecine soit placé dans un cadre scientifique strict pour éviter des développements anarchiques ou des applications redondantes, et pour répondre aux objectifs fixés par la loi HPST : meilleur accès aux soins, meilleure qualité des soins, meilleure qualité de vie des patients, meilleur exercice professionnel et meilleur usage des deniers publics. La cardiologie est scindée en différents domaines d’activité plus ou moins cloisonnés : rythmologie et stimulation, insuffisance cardiaque, imagerie et écho, réadaptation, HTA. Chaque domaine d’activité est animé par un groupe de travail spécifique qui a pour mission l’activité scientifique, la recherche, l’information des cardiologues, l’édition de recommandations, etc. Dans chacun de ces domaines, la télémédecine peut apporter une contribution selon diverses modalités : téléexpertise, téléconsultation, télésuivi, téléassistance. Le rôle de la Commission n’est pas de se substituer aux Groupes de travail mais de susciter au sein de chaque groupe des projets d’utilisation de la télémédecine. C’est donc le groupe qui propose des projets, définit les indications, les malades éligibles, et les conditions d’application. La Commission valide les projets, discute la faisabilité, coordonne les médecins et industriels, suit l’avancement des projets et facilite leur mise en place en collaboration avec le CA de la SFC, les Pouvoirs Publics…

Comment comptez-vous vous y prendre ?

Compte tenu de la révolution culturelle que représente l’usage de la télémédecine, non seulement pour le médecin mais également pour le patient, il est évident que l’entrée de la télémédecine en cardiologie doit se faire progressivement sur des thématiques simples, faciles à mettre en place, dont l’utilité est évidente pour tous et le financement attractif pour les pouvoirs publics. A plonger brutalement dans l’eau froide on risque de se noyer, nous devons rentrer dans le bain de la télémédecine progressivement de manière à pouvoir régler les problèmes qui pourraient se faire le jour et qui ne sont pas à priori prévisibles. A côté de son rôle fédératif des cardiologues, des industriels, des organismes administratifs, la commission aura pour rôle de former les cardiologues aux impératifs technologiques, juridiques, avec en ligne de mire le DMP qui devra être renseigné obligatoirement dans un proche avenir. Nous espérons également qu’elle aura un rôle stimulant pour les Groupes par l’analyse des expériences réussies ou non, au profit de tous.

Quels sont les freins à lever ?

Avant tout, c’est le décret d’application de la loi HPST qui se fait attendre. Les derniers échos font état d’un nouveau report (encadré), et la satisfaction de la reconnaissance de la télémédecine dans la loi s’estompe devant la lenteur de sa mise en application.

En dehors de cet aspect, les freins sont de quatre ordres :

- L’approche différente entre le public et le privé, car du simple fait que la télé surveillance n’est pas de la responsabilité des cardiologues traitants, trouver des candidats dans le privé n’est pas acquis. Le financement est la deuxième difficulté, soumise à la responsabilité des acteurs de l’assurance maladie de trouver l’économie du système.
- La répartition des responsabilités est aussi à préciser, un travail transversal public/privé et entre les Groupes de spécialités de la SFC est indispensable.
- Le quatrième enjeu est la gestion des données, puisque rien ne sera fait si l’on ne donne pas accès à des messageries sécurisées, à des lecteurs de carte professionnelle de santé.
- La Commission aura aussi pour mission de favoriser auprès des fournisseurs d’accès l’interopérabilité qui est le préalable au renseignement homogène du DMP et de la confidentialité des données, incomplètement maîtrisée à ce jour.

Voilà de quoi bien occuper la Commission de télémédecine. 

Le décret « télémédecine »

Le décret relatif à la télémédecine va fixer le cadre légal de son exercice. Il définit l’acte de télémédecine, les conditions d’exercice et sa mise en œuvre.

"Il faut entrer progressivement dans la télémédecine."

Pour tout renseignement contactez Biotronik France
2 rue Nicolas Ledoux SILIC 231 94528 Rungis Cedex Tél. 01 46 75 96 60
 contact@biotronik.fr

0 800 801 034 N° VERT (appel gratuit depuis un poste fixe)